Centre de la depression
Et si votre cerveau avait la solution…

Douleurs Neuropathiques

Les douleurs neuropathiques :

 © Copyright 2014 CorbisCorporation

La prise en charge de la douleur est un enjeu de santé publique majeure en France. Cependant, il perdure des zones d’ombres en ce qui concerne la prise en charge de certaines douleurs, notamment les douleurs neuropathiques.

 

Qu’est-ce qu’une douleur neuropathique?

Une douleur neuropathique est la conséquence directe d’une lésion ou d’un dysfonctionnement du système Aires-Somesthésiques-300x260nerveux central ou périphérique.

De ce fait, elle peut provenir de multiples causes (lésion médullaire, lésion du tronc cérébral, polyneuropathie douloureuse liée à une infection, inflammatoire etc…)

 Ces douleurs altèrent considérablement la qualité de vie des personnes atteintes et ce, dans nombres de domaines : professionnel, social et familial, personnel…

 En effet, le tableau clinique révèle une composante permanente d’un fond douloureux qui place ces maux dans le champ de la douleur chronique.

Ces douleurs sont caractérisées par des brûlures, des tiraillements, des fourmillements (paresthésies) ou encore des sensations d’engourdissement.

 

Il existe aussi une composante paroxystique qui se caractérise par des pics douloureux qui augmentent l’intensité des sensations nociceptives citées plus haut, ou bien donne de nouvelles sensations, souvent décrites par les patients de façon très imagées, coup de poignard, chocs électriques etc…

Ces douleurs sont déclenchées de façons aléatoires, tantôt liées à des facteurs exogènes comme le climat, tantôt liées à des facteurs endogènes, fatigue, stress et contexte émotionnel.

 

Les personnes atteintes de ce type de douleurs sont souvent confrontées à des années d’errance médicale avant qu’un diagnostic soit posé et que des réponses thérapeutiques soient proposées. Cela se montrent bien souvent insuffisantes.

Jusqu’ici, il est proposé au patient des traitements médicamenteux composés en première intention d’antidépresseurs, d’antiépileptiques, d’anesthésiques locaux, pour passer en seconde intention si inefficacité du traitement ci- dessus, aux antalgiques opiacés, alliés aux antiépileptiques et aux antidépresseurs.

 

Silhouette of female head and shoulders with digitally generated structureNous pouvons constater que certaines de ces molécules agissent sur le système nerveux mais aussi sur la zone du cortex frontal et limbique, zones liées aux messages nociceptifs.  Aussi, il est important de souligner que des symptômes dépressifs sont très souvent associés à toute forme de douleurs chroniques.

 Ainsi, une prise en charge non médicamenteuse est aussi envisagée, liée aux limites antalgiques des molécules, aux nombres d’effets indésirables et à l’accoutumance constatée chez certains patients.

 

C’est pourquoi la Stimulation Magnétique Transcrânienne d’abord centrale puis périphérique, constitue une alternative non médicamenteuse de qualité dans la mesure où il n’y a pas d’effets secondaires.  Cette méthode, en stimulant les zones  douloureuses, permet de reformater dans le cerveau de nouvelles connexions (plasticité neuronale). Le cerveau va donc apporter de nouvelles réponses à la même sensation douloureuses. Ainsi, un soulagement à plus long terme est constaté chez de nombreux patients.

 

En complément il est indispensable qu’une prise en charge psychologique et qu’une thérapie psychocorporelle soit mise en place afin d’assurer la pérennisation des améliorations.