Centre de la depression
Et si votre cerveau avait la solution…

La Pharmacologie

Les Antidépresseurs

La transmission entre les cellules nerveuses est assurée par des substances chimiques, les neurotransmetteurs.
On a isolé certaines de ces substances compromises dans la dépression telle que la sérotonine, la dopamine ou la noradrénaline.
Les antidépresseurs agissent au niveau du métabolisme de ces substances et viennent rétablir un équilibre compromis lors d’une dépression.

FAQ Antidépresseurs 

Les antidépresseurs sont-ils des placébos ?

Les antidépresseurs sont des traitements efficaces dans le traitementles-antidepresseurs
de l’état dépressif. Malheureusement, il y a   deux fois plus de prescriptions d’antidépresseur que de dépressifs. C’est cette surconsommation, cette sur-prescription qui à porté le discrédit sur l’efficacité de ces médicaments.
La réponse réside dans l’élaboration d’outils diagnostiques plus précis sur les critères objectifs de la dépression (exemple : enregistrement polysomnographique du sommeil).

 
Après un certain temps les AD ne sont plus efficaces ?

Les antidépresseurs ne traitent que l’état dépressif, au moment de la dépression. A ce titre ils doivent être conservés quelques mois sauf prescription explicite d’un psychiatre.
Les thymorégulateurs sont les médicaments qui protègent d’ une rechute. Ils doivent être prescrits systématiquement
en cas de bipolarité (type 1 ou 2) ou de risques de bipolarité révélés par les tests et, enfin, lors de dépressions récidivantes unipolaires.

Il faudrait supprimer les antidépresseurs.

Les antidépresseurs ont marqué un progrès thérapeutique inestimable. Pour plusieurs générations de patients présentant une dépression unipolaire ou bipolaire ils ont permis des traitements ambulatoires, éviter des hospitalisations fréquentes, voir définitives en fin de maladie, pour ne rien dire des tentatives de suicides liés à cette maladie. Les campagnes de presse contre ses médicaments stigmatisent les patients dépressifs qui sont obligés de les prendre et n’empêchent pas ceux qui les prennent de façon indue de se les faire prescrire.

Quels sont les médicaments les plus efficaces ?

Il n’existe pas d’antidépresseurs vraiment plus efficaces les uns que les autres et les laboratoires ont renoncé à appuyer leur prosélytisme sur l’efficacité, ils mettent plutôt en avant la présence d’effets associés (bénéfiques) ou l’absence d’effets secondaires. (Négatifs)

Comment le médecin les choisit-il ?

antidepresseurs et dépressionLe médecin généraliste ou psychiatre a peu de critères cliniques ou d’examen  permettant de choisir tel ou tel type de produit.
Il s’agit le plus souvent d’habitudes thérapeutiques « le médecin à l’expérience de tel ou tel médicament » , ce qui n’est pas négligeable.
Son rôle est surtout le diagnostic et la décision de prescription.
Son choix s’appuie surtout sur les effets secondaires, vos habitudes de vie, l’efficacité de prescriptions précédentes, le lieu de prescription (hôpital /ville), un arrêt de travail…

Ca ne marche pas…

Erreurs les plus fréquemment rencontrées avec les antidépresseurs :

Le diagnostic : lorsqu’il y a un doute sur l’efficacité du traitement la première précaution à prendre est de s’assurer du diagnostic par l’emploi des instruments, tests et examens, vers des signes objectifs.
Ceci doit être fait avant la prescription d’un autre antidépresseur.

Les prescriptions insuffisantes : les antidépresseurs sont des médicaments à effet de seuil. Il en faut une certaine quantité dans le sang pour être sûr de l’effet, en deçà ils sont inutiles, au-delà ils ne font que multiplier les effets secondaires. Cette fourchette efficace est notée dans le Vidal. Oublier la phrase « plus on en prend, plus on se soigne » ou « à petite dépression (déprime) petites prescriptions ».

Les prescriptions irrégulières : un jour sur deux, une semaines de temps en temps, les traitements chroniques pendant plusieurs années, un arrêt intempestif sans avis médical…
Elles résultent souvent de l’auto-prescription et elles sont dangereuses.

Deux antidépresseurs valent mieux qu’un.

Cette  » évidence  » reste à démontrer. Aucune étude scientifique ne semble avoir mis en lumière la synergie entre deux antidépresseurs. Si elle n’associe pas les effets positifs, il est probable par contre qu’elle potentialise les effets secondaires.
Il faut par contre faire attention aux associations interdites entre certains antidépresseurs.

Il faut changer un antidépresseur qui ne marche pas.

Il convient de ne pas le faire trop vite, l’efficacité peut se révéler au-delà des trois semaines habituelles.
Le nouvel antidépresseur doit appartenir à une autre classe médicamenteuse c’est-à-dire avoir un autre mécanisme d’action pour augmenter les chances de succès.
Sachez que les chances de réussite lors de l’essai d’un autre antidépresseur s’amenuisent considérablement à 10 % de réussite.

Peut-on arrêter brutalement un antidépresseur ?

Aucune étude scientifique n’a jamais mise en lumière la bonne façon d’arrêter un antidépresseur. Les annonces catastrophiques sont à écarter. La pratique reste aux mains du généraliste ou du psychiatre qui connaît la susceptibilité de son patient aux médicaments et sa façon de vivre avec.

Quel effet ressent-on lors de la prise d’un antidépresseur ?

Ce médicament a des effets  » antidépresseurs  » et des  » effets associés  » sédatifs et tranquillisants ou à l’inverse antidépresseurspsychostimulants et excitants. L’effet antidépresseur survient quelques semaines plus tard, au minimum deux semaines alors que les effets associés sont immédiats. Ces différents effets associés ont permis de faire une classification des antidépresseurs.
Du plus tranquillisant au plus psychostimulant.

Outre les critères cliniques, ce sont eux qui conditionnent le choix de votre médecin qui les adaptera à votre vie, à votre mode de fonctionnement et à votre situation au moment de la prescription.

Les effets secondaires sont-ils importants ?

Tous les médicaments présentent des effets secondaires, les antidépresseurs ne manquent pas à la règle, bien qu’ils aient été souvent dramatisés par la presse. Toutes prises médicamenteuses mettent le médecin et le patient devant le problème du bénéfice/risque et d’un choix.

Les bénéfices attendus de médicaments valent-ils les effets secondaires que l’on va subir ?

Devant l’apparition de nombreux effets secondaires, il faut se poser la question du diagnostic. En effet, il semble que moins la prescription est adaptée et plus les effets secondaires sont présents.
Les effets secondaires vont souvent dans le même sens que les signes de la maladie : Perte de désirs, sensations de distance avec la réalité, diminution de la libido, sentiment de distance avec les autres, fatigabilité, perturbation de la conscience prenant l’apparence du trouble cognitif de la dépression.
Même certains signes physiques des troubles de l’humeur sont communs avec les effets secondaires des antidépresseurs : sécheresse de bouche, constipation, hypotension.
Seules les fringales et la prise de poids semblent s’opposer à l’anorexie, propre au trouble de l’humeur.

Quels sont les effets secondaires les plus fréquents ?

Effets secondaires Traitement
Perte de libido Silos, Viagra
Prise de poids Surveillance, régime
Sécheresse des muqueuses
Constipation Laxatif
Sécheresse des yeux Collyre
Sécheresse de la bouche
Nausée
Angoisse

 Comment éviter les antidépresseurs ?

Comparatif des différents traitements

COMPARAISON MÉDICAMENTS ELECTROCHOCS (ECT) SMT
Efficacité 66% 65 à 80% Comparable ou supérieur à l’ECT
Début des effets thérapeutiques 6 semaines 2 semaines 2 semaines
Effets secondaires Mal de tête, vertige, bouche sèche, faiblesse, constipation, étourdissement, perte ou prise de poids et d’appétit, troubles sexuels. Perte de mémoire à court et long terme, douleurs musculaires,
nausée, sautes d’humeur, mal de tête récurrent.
Léger mal de tête transitoire
Incidence des effets secondaires 67% des patients ont ressenti au moins un effet secondaire majeur, et jusqu’à 80% des troubles d’ordre sexuel liés aux médicaments. 100% des patients ont ressenti les effets secondaires. 10% des patients ont ressenti cet effet.
Comparatif des différents traitements
 
COMPARAISON
Efficacité
MÉDICAMENTS
66%
ELECTROCHOCS (ECT)
65 à 80%
SMT
Comparable ou supérieur à l’ECT
 
COMPARAISON
Début des effets thérapeutiques
MÉDICAMENTS
6 semaines
ELECTROCHOCS (ECT)
2 semaines
SMT
2 semaines
 
COMPARAISON
Effets secondaires
MÉDICAMENTS
Mal de tête, vertige, bouche sèche, faiblesse, constipation, étourdissement, perte ou prise de poids et d’appétit, troubles sexuels.
ELECTROCHOCS (ECT)
Perte de mémoire à court et long terme, douleurs musculaires,
nausée, sautes d’humeur, mal de tête récurrent.
SMT
Léger mal de tête transitoire
 
COMPARAISON
Incidence des effets secondaires
MÉDICAMENTS
67% des patients ont ressenti au moins un effet secondaire majeur, et jusqu’à 80% des troubles d’ordre sexuel liés aux médicaments.
ELECTROCHOCS (ECT)
100% des patients ont ressenti les effets secondaires.
SMT
10% des patients ont ressenti cet effet.