Centre de la depression
Et si votre cerveau avait la solution…

EMDR

La thérapie EMDR

EMDR

 

C’est lors d’une promenade de mai 1987 que la psychologue américaine Francine Shapiro découvre que ses « petites pensées négatives obsédantes » disparaissent alors qu’elle fait aller et venir rapidement ses yeux de gauche à droite. Elle décide alors de l’expérimenter, crée l’EMDR et en ressort des résultats si épatants qu’elle se voit décerner en 2002 la plus haute distinction mondiale en matière de psychothérapie.

Le sigle EMDR se traduit en français par « Désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires ».

Elle est considérée comme une thérapie courte car elle ne nécessite pas un engagement sur du long-terme (2 à 10 séances environ).

 

 Principes et postulat de l’EMDR:

Les principes sur lesquels repose l’EMDR, indispensables à une approche humaniste et intégrative (psychologie, médecine,…) sont  : la capacité d’auto-guérison de chaque individu, l’importance de l’histoire de chacun, une approche axée sur la personne, le primat donné au lien corps-esprit, la nécessité d’un bien-être  et l’élévation des performances.

L’EMDR considère que l’esprit de chaque individu détient la capacité de s’auto-guérir : « chaque évènement douloureux laisse une marque dans le cerveau, explique David Servan Shreiber qui a introduit cette thérapie en France, l’EMDR effectue un travail de ‘digestion’ permettant aux émotions qui accompagnent le souvenir de se désactiver ». L’EMDR « débloque » l’information traumatique et réactive le « système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète son travail ». Lors d’une séance d’EMDR, le patient est amené à replonger dans le passé, à ressentir ses perceptions douloureuses de l’évènement traité tout en concentrant son activité cérébrale sur le présent, grâce à la stimulation bilatérale alternée. De par cette focalisation a lieu le retraitement du traumatisme par dissociation de l’émotion et du souvenir.

On peut rapprocher cela aux mouvements oculaires qui surviennent durant le sommeil paradoxal, lorsque l’on rêve et que se produit la répartition mémorielle.

 

Cerveau et EMDR

 

Images avant et après un traitement EMDR. La photo de gauche est celle d’une femme atteinte d’un PTSD avant son traitement. La photo de droite est celle de la même patiente après 4 séances de 90 minutes d’EMDR.

Le rouge indique la suractivité de certaine zones cérébrales.

Photo du Dr. Daniel Amen

 

 

Pour qui, pour quoi?

Bien que l’EMDR fut à la base élaboré sur des personnes souffrants d’état de stress post-traumatique, la méthode ne s’applique pas uniquement qu’aux grands chocs. Ainsi, les plus petits traumatismes, les expériences désagréables, les évènements difficiles laissent aussi un souvenir imprégné de souffrance sur lesquels l’EMDR a maintes fois montré son efficacité.

La méthode s’applique aussi aux addictions, à l’anorexie, à la dépression,…

Cependant, l’EMDR est contre-indiqué en cas de psychose, d’état suicidaire ou encore de trouble cardiaque ou épileptique.


L’EMDR au sein du Centre de la Dépression:

  • Dépression:

Lors d’une dépression ou face à un souvenir traumatisant, le néocortex (qui est le siège du langage) ne fonctionne pas correctement. Il est dominé par l’amygdale soit la partie émotionnelle du cerveau. Cependant en consultation classique, on passe essentiellement par le langage, donc par cette partie altérée de la psyché, encore douloureuse. L’EMDR permet un raccourci, un « détour », pour éliminer les évènements du passé non digérés psychiquement.

En effet, les souvenirs non réglés d’évènements stressants et douloureux contribuent à maintenir la dépression. C’est sur ces souvenirs difficiles que le psychologue vient utiliser l’EMDR pour permettre de les digérer et d’aller de l’avant. L’EMDR s’intéresse au passé, au présent mais aussi au futur! L’EMDR a été rapidement reconnu comme un outil efficace pour travailler l’estime de soi, cette dernière faisant défaut dans la dépression.

 

  • Burn-Out:

L’EMDR est aussi indiqué pour le traitement du Burn-out : sentiment d’inefficacité, culpabilité, parfois situations d’harcèlements ou encore souffrance aigue à la moindre évocation d’une situation professionnelle particulière… sont autant de points sur lesquels l’EMDR va venir travailler. L’EMDR, comme dit plus haut, est aussi une thérapie efficace pour redonner confiance en soi, s’accepter, digérer cette souffrance et trouver par soi-même des solutions adaptées.


Informations pratiques:

Temps & tarifs :

– Première séance : rencontre avec le praticien et préparation du plan de traitement  : 1h (60euros).

–  Puis 1h30 par séance de retraitement EMDR (90euros).

 

Prise de rendez-vous :

Demander un rendez vous avec Maëva Barré (Psychologue Clinicienne) au 01.77.17.54.57.  Préciser 1h si c’est un premier rendez-vous.

 

Lieu de consultation :

Centre Médical Duvivier,

13 rue Duvivier, 75007 Paris.

Métro Ecole Militaire ou Tour Maubourg sur la ligne 8.