Centre de la depression
Et si votre cerveau avait la solution…

Traitements

Les progrès de la médecine sont plus souvent le fait du hasard ou d’une avancée technologique. I
Les nouveaux procédés de neuro-imagerie donnent des représentations du fonctionnement normal du cerveau là où il fallait attendre qu’une tumeur, une lésion, un traumatisme viennent nous éclairer sur le fonctionnement des différentes aires cérébrales.
Nos sentiments, nos comportements, nos souffrances se traduisent par des transformations visibles (neuro-imagerie) et lisibles dans la durée.

La cartographie figée des territoires du cerveau a fait place à la représentation animée des perturbations neuro-fonctionnelles liées aux maladies mentales. Nous pouvons aujourd’hui comparer le « normal » au « pathologique », la souffrance psychologique à la dépression. Une nouvelle définition de la dépression a vu le jour.

La vision biochimique qui limitait le champ des recherches à une perturbation des neurotransmetteurs a fait place à une définition globale et fonctionnelle de la dépression. C’est une perturbation de la communication entre les structures affectives et cognitives du cerveau, entre des territoires actifs ou inhibés, visibles à l’IRM. A terme, le dépressif n’est plus capable de se défaire de sa tristesse, de sa souffrance et des différents symptômes.

 

De ces nouvelles connaissances découlent de nouveaux traitements alternatifs ou complémentaires aux médicaments. La stimulation magnétique est l’exemple même de ces traitements qui influent sur le fonctionnement cérébral sans l’altérer, contrairement aux antidépresseurs. Elle est donc sans effets secondaires, sans altération de la vie psychique et parfaitement adaptée à la prescription en ambulatoire.

Il arrive que la recherche des causes de la pathologie soit négligée, ce qui peut entraîner une chronicisation de la maladie et des rechutes.
De nouvelles formes de prises en charge pluridisciplinaires voient le jour, qui outre leurs intérêts thérapeutiques, humanisent les relations médecins-patients. Ces derniers se sentent mieux compris et entendus sur plusieurs aspects de la maladie. La prise en charge n’est plus seulement orienté sur les manifestations du symptôme.
Cette approche allie neurosciences , thérapies comportementales et cognitives et psychanalyse.

ETRE MIEUX QUAND ÇA VA MAL (Dr Meunier A. (2011) ed. Michel Lafon) « Comment retrouver le moral sans antidépresseurs ».

 

Consultation psychiatre, Stimulation magnétique transcrânienne, Consultations psychologues,

Thérapies comportementales et cognitives, Consultations Addictologie, Hypnothérapie, Pharmacologie, Psychanalyse